Le développement du patrimoine sportif, l’avènement de nouveaux métiers sportifs et de nouvelles formes de gestion sont des facteurs essentiels dans la transformation graduelle et continuelle de notre groupement professionnel. Celle-ci a été calquée sur l’évolution et la transformation du sport dans les collectivités territoriales mais aussi en raison des différents enjeux qu’il représente.

Dès 1964, alors que les emplois sportifs dans les communes n’existaient pratiquement que dans le secteur des piscines, nos précurseurs créèrent l’Amicale des Directeurs de Piscine, association régie par la loi 1901 dont le premier Président fut Gilbert Seyfried, présidence qu’il continua d’assumer en 1971 lorsque celle-ci se transforma en Fédération Nationale des Directeurs de Centres Nautiques et Sportifs dont les objectifs étaient de trouver et d’affirmer une identité territoriale et de mener des actions de formation.

En 1976, lors d’une assemblée générale extraordinaire organisée par Henry Sérandour, ancien Président du CNOSF, l’assemblée décida de changer les statuts ; c’est ainsi que naissait le Syndicat National des Directeurs de Piscines, Centres Sportifs et de Loisirs. Ce syndicat, régi par la loi de 1884 était alors présidé par Julien Burnay. Quelques années plus tard il prenait le titre de Syndicat National des Directeurs de Piscines, Centres Sportifs et de Loisirs, Direction des Services des Sports.

Une nouvelle appellation : l’A.N.D.I.S.S

C’est seulement en 1979, lors de l’assemblée générale extraordinaire de Versailles, que celui-ci pris le nom de « A.N.D.I.S.S. » (Association Nationale des Directeurs d’Installations et des Services des Sports), toujours présidé par Julien Burnay jusqu’en 1982.

A cette date, une nouvelle dynamique naissait au sein d’une équipe emmenée par Gérard Gasnier, accompagné dans sa tâche par Catherine Thiolent, Michel Pommat, André Taquet, Bernard Ourdouiller, Charles Chesquière, Gaston Cheuillard, Jacques Morel et Jean-Paul Delanoy. À cette époque déjà une problématique animait les débats : « la réussite ne s’offrira que si nous sommes aussi performants que les cadres des entreprises privées. Devenons cette nouvelle race de fonctionnaires polyvalents – gestionnaire – animateur – technicien. Gestionnaires polyvalents, voici une des clés du succès car cela nous permettra d’établir avec les élus un climat de confiance à l’intérieur d’un cadre de valeur rigoureux » (propos tenus dans la revue éditée à cette époque).

En 1986, Jean-Paul Delanoy succédait à Gérard Gasnier et donna une autre dimension à l’ANDISS et surtout une véritable reconnaissance de tous les partenaires et différentes institutions. Il appliqua avec passion la devise de l’ANDISS : « Soyons plus performants ensemble ». Jean-Paul est l’initiateur des journées d’études, il est également organisateur de débats de réflexion sur les problématiques du sport territorial et met en place des formations. L’ANDISS tient là son ambassadeur !

En 1988, lors d’un congrès à Moissac, auquel participe Roger Bambuck alors ministre de la Jeunesse et des Sports, Jean-Michel Baylet, secrétaire d’État aux Collectivités Territoriales faisait part de la naissance imminente de la filière sportive. Nous avons attendu 4 ans avant la création de cette filière, qui bien qu’elle ne donne pas entière satisfaction, mais a le mérite d’exister. Quatre années de négociation, de propositions, d’échanges de courriers, d’entrevues et de déceptions pour certains ! Jean-Claude Poussin, alors très actif dans la mise en place de cette filière, devient président et succédait donc à Jean-Paul Delanoy en 1989.

Après huit années de bons et loyaux services, Jean-Claude Poussin passe le flambeau à Jean-Paul Perrier, lors de l’assemblée générale de Bourg-en-Bresse, le 21 octobre 1997. Une nouvelle équipe rejoint alors Jean-Paul Perrier et un « I » vient compléter le sigle en 1999, pour devenir donc cette année-là : l’Association Nationale des Directeurs et des Intervenants d’Installations et des Services des Sports.

Les préoccupations de la structure évoluent et une certaine reconnaissance s’instaure. Les membres de l’ANDIISS sont sollicités pour les jurys de concours, les formations organisées par le CNFPT, les DRJS, etc. Un partenariat est également signé avec les universités d’Orléans et de Troyes. Les institutions reconnaissent à l’ANDIISS des qualités d’expertise, la richesse et la polyvalence de son réseau. En décembre 2001, suite à la démission du président Perrier, Louis Wacquez, vice-président et cheville ouvrière de l’ANDIISS, lui succède. Malheureusement, atteint d’une grave maladie, il nous quitte en janvier 2002. Sa capacité à fédérer les énergies autour de lui a permis à notre association d’atteindre ce niveau de notoriété. C’est le 14 décembre 2002, que Francis Cammal est élu président. Entouré d’une nouvelle équipe, une ère nouvelle commence...

L’ANDIISS a toujours su, sous diverses appellations, s’adapter aux mouvances de la société et du sport territorial. Notre structure est de par ses statuts un syndicat professionnel (loi de 1884) avec une véritable vie associative, ce qui en fait son originalité. Elle regroupe aujourd’hui près de 600 adhérents occupant des missions diverses et variées dans les domaines du sport, de la jeunesse, de la politique de la ville, des loisirs voire du tourisme et de direction générale.

La défense des métiers et des intérêts de la filière sportive territoriale.

Au-delà des préoccupations légitimes qui animent notre quotidien, au sein de nos collectivités, notre regroupement s’est de tout temps, et encore plus de nos jours, orienté vers la défense de notre métier et de ses intérêts. C’est bien dans ce sens que Vincent Debusschere, au relais de Francis en 2008, entend poursuivre son action, en "passant le cap" de l’employeur, croissance oblige, et en intégrant Mary comme agent de développement à temps partiel.

La nouvelle organisation des journées d’étude nationales annuelles depuis 2007 (deux éditions à Tours puis deux éditions à Martigues) est la preuve du dynamisme de notre structure, en devenant un moment incontournable du monde sportif territorial.

Participer au développement et à la reconnaissance de nos métiers et du statut, asseoir notre identité nationale et notre originalité syndicale, voilà les points que nous souhaitons développer. La richesse de notre mouvement se trouve également dans son réseau, dans sa capacité à faire vivre des lieux d’échange, d’information et d’expériences : en s’évertuant à se regrouper afin d’enrichir nos connaissances et améliorer nos efficacités locales (journées thématiques, colloques,…) ; en développant une réflexion collective sur les enjeux de nos métiers en constante mutation ; enfin, en optimisant les partenariats, en particulier avec les institutions, les organismes de formation, le monde universitaire et le mouvement sportif.

« SOYONS PLUS PERFORMANTS ENSEMBLE ! »

Consultez nos
Offres d'emploi

En savoir plus

Voir notre
Base documentaire

En savoir plus

Partenaires nationaux

© 2017
Andiiss - Tous droits réservés. L'utilisation de ce site est conditionnelle à l'acceptation des conditions d'utilisation et de la politique de confidentialité.